fbpx

La véritable histoire de l’invention de la moustiquaire plissée

Début des années 1980 – Un départ très réussi


Au cours des années 1980, Sergio Marcantoni était un employé du Gouvernement italien. Il travaillait auprès du Centre de recherches métallurgiques : un environnement agréable, un travail en lien avec la recherche, un salaire, des primes, tout cela signifiait qu’il n’avait aucune raison de s’inquiéter. À l’âge de 35 ans, Sergio avait déjà un fils, Paolo, et sa femme attendait son second enfant, Marco. Mais son travail ne le satisfaisait pas.

La décision audacieuse qui a fait des vagues


Voici ce qu’il m’a dit:
“ En 1983, j’ai décidé de démissionner. Je me souviens que le jour où j’allais remettre ma démission, je ne cessais de me demander:
– Pourquoi je fais cela ? – Pourquoi je fais cela? Au cours des onze années passées au sein du Centre de recherches métallurgiques, j’avais été très bien traité. Je voyageais en avion, je séjournais dans des hôtels magnifiques, je mangeais dans de grands restaurants et l’environnement de travail était stimulant. Malgré tout cela, j’ai sauté dans l’inconnu et j’ai immédiatement investi la totalité de mon indemnité de départ dans une nouvelle aventure.
Ma propre entreprise.

Au cours des années 1990, les choses allaient à merveille


Sergio détenait une petite entreprise qui s’occupait de la vente d’accessoires de rideaux pour l’intérieur. Les choses se passaient bien ; ses clients étaient à Rome et dans les environs, et, en l’espace de quelques années seulement, il avait mis de côté assez d’argent pour investir la totalité de cette somme dans sa première invention : des anneaux à rideau. En fait, les anneaux à rideau existaient déjà, mais il avait conçu un nouveau type.

En 2000, les imitations en provenance de Chine firent leur apparition sur le marché ; elles n’étaient pas de bonne qualité mais elles étaient très bon marché.


Les problèmes ont commencé des années plus tard, une fois que le brevet avait expiré et que les producteurs orientaux commencèrent à copier l’idée : les ventes s’écroulèrent de façon drastique.
« J’ai toujours investi la plus grande partie de mes ressources dans l’entreprise » – déclare Sergio Marcantoni – « Je me souviens combien j’étais inquiet quand ils ont commencé à imiter notre produit et que les ventes se sont effondrées. Je ne pouvais plus manger, je ne parlais plus à ma famille ; au travail, j’essayais de remonter le moral des troupes, car je ne voulais pas voir la vérité en face. J’ai alors décidé de jouer le tout pour le tout ».
Sa dernière carte était la moustiquaire plissée, projet qu’il avait développé au cours des années 1990 mais qu’il n’avait jamais finalisé. Cela se passait après l’an 2000 et un miracle était nécessaire.

Est-ce que les moustiquaires représentent l’arme secrète de notre héros?


Sergio vendait déjà des moustiquaires enroulables, qu’il achetait à de gros fabricants, aujourd’hui devenus ses concurrents. Le besoin de créer un nouveau produit dérivait des problèmes rencontrés avec ces moustiquaires. Voici ce qu’il nous a déclaré : « Le problème le plus important avec les moustiquaires enroulables était, et l’est toujours, lié à l’énergie que le mécanisme à ressort accumule quand elles sont ouvertes et qu’elles libèrent quand elles sont fermées. Elles sont très dangereuses ! J’ai compris que si je créais un système semblable aux rideaux plissés, il serait possible d’arrêter la moustiquaire en tout point, sans créer de piège, comme le sont encore à ce jour les moustiquaires enroulables.
Au départ, j’ai pensé les réaliser afin qu’elles puissent être ouvertes ou fermées comme des rideaux plissés mais en les tirant vers le haut ou vers le bas. Mais le problème était d’être sûr qu’elles puissent fonctionner facilement, mais cela n’était pas possible à toutes les hauteurs. J’ai alors décidé de me focaliser sur une ouverture latérale, qui pourrait être stoppée en tout point, ne se rouvrant pas et sûre à utiliser par tous.
Je me souviens que je travaillais sur ce projet tous les soirs, sans arrêt, après des journées fatigantes au travail et des nuits sans sommeil à penser à ma dernière création. Et tout à coup, j’ai réussi. Et tout fut clair. Cela m’a pris douze ans pour finaliser mon projet ».

La première moustiquaire plissée italienne était née


“I En 2003, mon idée commença lentement à prendre forme ; je me souviens d’avoir investi tout ce que j’avais (comme d’habitude) pour créer les moules en plastique pour les accessoires, les matrices en aluminium et d’avoir rempli l’entrepôt de tous ces équipements. Une seule chose manquait.

Le filet.

Je me suis rendu dans une entreprise italienne bien établie sur le marché, s’occupant de polyester plissé. Nous sommes restés en contact pendant une année et après différentes expérimentations sur les matériaux, nous nous sommes mis d’accord pour que la première fourniture soit livrée en janvier 2004. Cependant, j’avais déposé le brevet et je commençais à travailler sur le réseau de ventes et à investir dans la publicité, en enregistrant le nom de ma nouvelle création : Blockfly. »”

C’est alors que les mauvais joueurs ont essayé de mettre notre héros sur la touche


“Au début du mois de janvier 2004, je reçus un appel du service administratif du fournisseur qui été censé me fournir le filet plissé. La seule chose qui manquait ! Excité, je demandais au téléphone:
– Alors ?! Vous êtes prêts à m’envoyer le filet?

À l’autre bout du fil, une voix froide me dit simplement:

– Non, je ne vous enverrai rien car je ne peux plier le filet

– Que faire?

J’étais ruiné.

R U I N É


Je n’obtins aucune réponse, ils ne s’intéressèrent pas à ma situation désespérée.
Ce fut l’un des pires moments de ma vie. Je regardais dans le vide, assis à mon bureau, désespéré.
Je ressens encore aujourd’hui une sensation de tristesse si j’y repense.
Je pensais à tout ce que j’avais risqué pour en arriver là, au fait que quinze ans plus tôt, j’avais quitté un bon poste de travail ; je pensais à ma famille et à toutes les personnes dans l’entreprise qui avaient confiance en moi. Les pensées les plus noires commencèrent à me hanter ”.

Le service administratif de cette entreprise est le mauvais joueur de cette histoire.

Sergio est encore blessé quand il raconte ce récit, mais, heureusement, les entrepreneurs italiens ont toujours un tour dans leur sac.

Notre héros retombe sur ses pieds


Après avoir trouvé un fournisseur d’« urgence » pour le filet plissé, voici ce qu’il décida de faire:

“J’ai décidé d’acheter une machine à plisser et de comprendre comment plier le filet en interne.

Je ne voulais plus être la victime de tiers incompétents.

Today, I am still the only pleated insect screen manufacturer to have in-house pleating machines (5 machines), everyone else buys ready-made pleated nets. .

Aujourd’hui, je suis toujours le seul fabricant de moustiquaire plissée à avoir des machines à plisser (au nombre de 5) en interne, toutes les autres entreprises achètent des filets plissés déjà prêts à l’emploi.
Cela est le plus grand défi que j’ai relevé dans ma vie ; personne n’a réussi à obtenir les mêmes résultats. Cela m’a permis d’inventer un nouveau type de filet plissé, résistant à l’eau et anti-poussière, que nous avons appelé IdroScreen™ ».
Suivez-nous